Le décryptage des encerclements cognitifs

L’EPGE a pour vocation d’étudier les nouvelles dimensions de la guerre économique. La problématique de l’encerclement cognitif est au cœur de nos préoccupations dans la mesure où elle est l’expression la plus habile de la dissimulation de la recherche de suprématie.

Les Etats-Unis ont acquis dans ce domaine une expérience très importante. La première puissance du monde a compris qu’il fallait à tout prix éviter la “haine mondiale” découlant d’une position de suprématie.

Cette préoccupation n’est pas nouvelle. Au début du XXè siècle, l’ingénieur allemand Herzog l’exprimait dans son ouvrage traduit en français “Le plan de guerre commerciale de l’Allemagne”. A la fin des années 90, des membres de l’administration Clinton soulignaient aussi ce risque.

La dissimulation de la conquête passe par des stratégies d’influence qui s’appuient le plus souvent sur une moralisation de l’activité économique. Ce “blanchiment” de la volonté de conquête de marchés s’exprime par le biais du “storytelling” de fondations privées positionnées comme “neutres”. L’encerclement cognitif n’est pas que passif, il est aussi actif.

Ce nouvel art de la guerre économique contemporaine consiste à exploiter habilement le cadre polémique de la société civile ainsi que la caisse de résonance des réseaux sociaux. La dissimulation de l’attaque passe par l’instrumentalisation d’acteurs de la société civile qui mènent des attaques informationnelles contre des secteurs, des filières ou des entreprises prises pour cible par des intérêts nord-américains.

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Christian-Harbulot-Manipulations-sur-le-web-et-les-reseaux-sociaux-l-encerclement-cognitif_3747198.html,